Fil info
lesoir plus

CNS : le direct

    Remotiver la population. Ce sera l’objectif du nouveau Conseil national de sécurité, ce mercredi. Selon nos informations, deux mesures qui intéressent directement chaque citoyen devraient y être prises : une réduction de la quatorzaine et la fin de la bulle de cinq.

    «Les mesures doivent être comprises par le public (...). Si l’on veut que les citoyens adhèrent aux mesures que l’on va décider aujourd’hui, il faut qu’elles soient claires. Et c’est vrai que les bulles (limitant le nombre de contacts rapprochés autorisés pour chaque personne) n’étaient peut-être pas claires», a affirmé à son arrivée le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet (MR) à son arrivée.Il a évoqué, sans autre détail, «une autre formule» en parlant de la nécessité de trouver un équilibre entre les mesures de santé publiques et les impératifs économiques pour les entreprises et les indépendants.

    Sophie Wilmès a commencé la conférence de presse par un retour sur les différentes phases par lesquelles la Belgique est passée ces derniers mois.
    «Le taux de positivité est en hausse. Les contaminations touchent toutes les catégories d’âge, surtout les adolescents et les jeunes adultes. Rappelons que quelques moments d’insouciance ne valent pas la peine de se mettre en danger et de mettre en danger ses proches.»
    « Éviter tout contact rapproché n’est pas si simple. Un contact rapproché c’est être proche physiquement, plus de 15 minutes, sans masque. Ils ne sont pas interdits mais ils sont restreints. Limiter les contacts est difficile à quantifier.
    Les experts conseillent à chacun de ne pas avoir plus de cinq personnes proches. Il s’agit d’un choix individuel, chacun choisit 5 personnes pour un mois. Vous devez faire ce choix en âme et conscience, mais il est fondamental de suivre cette ligne de conduite. »

    À partir du 1er octobre, il ne sera plus obligatoire de porter un masque à l’extérieur, sauf dans les lieux très fréquentés et dans les endroits où la distance de sécurité de 1,5 mètre ne peut être garantie. Le masque reste cependant obligatoire dans les transports publics, dans les magasins et dans les cinémas.

    « Les experts du Celeval travaillent sur un baromètre de l'épidémie, qui concerna les niveau national, régional et provincial. Il fonctionnera sur un système de palier. 
    Ce baromètre sera pris comme référence lors des conférence de presse du Centre de crise. Il se basera principalement sur l'évolution du nombre d'hospitalisation. »
    « L'arrivée de l'automne et de l'hiver risque de créer des difficultés pour les familles et les médecins généralistes.
    Le système de tracing est un pilier de notre lutte contre le coronavirus. Une série de décisions ont été prises en la matière: l'instauration de nouveaux centres de dépistage, la création d'un call-center qui permettra de soulager les médecins généralistes, la mise en place d'une plateforme de rendez-vous pour dispatcher les demandes à travers les centres disponibles, l'allègement de la charge de travail des médecin en permettant à plus de professionnels de fournir un code pour le tracing. De manière générale, il est nécessaire d'augmenter la rapidité de la communication des résultats des tests auprès des patients. »
    Un nouveau système de quarantaine est instauré, a annoncé la Première ministre.
    Si une personne présente des symptômes de coronavirus, elle doit «évidemment» prendre contact avec son médecin, qui isolera le patient pour 7 jours. Il devra passer un test dès que possible.
    -Si le test est positif, la quarantaine continue.
    -Si le test est négatif, le patient peut sortir de quarantaine dès qu’il se sent mieux.
    Si vous n'avez pas de symptôme mais que vous avez eu des contacts rapprochés avec une personne positive, vous devez vous mettre vous-même en quarantaine sept jours, à partir du jour où vous avez eu un contact avec la personne.
    « Notre pays bascule progressivement de la gestion de crise à la gestion du risque. »
    « A toutes celles et ceux qui ont une voix, nous ne demandons pas un soutien inconditionnel, mais nous insistons sur le fait de profiter de chaque occasion pour rappeler les 6 règles d'or, c'est un impératif pour notre société.»
    Sophie Wilmès demande a chacun de prendre sur lui, de ne pas tomber dans la lassitude. « Il faut trouver la force de s'adapter et de ne pas subir la situation, appliquer les 6 règles d'or sans qu'elles ne soient un frein mais l'occasion de mieux vivre avec le virus. Nous sommes la solution, elle est dans chacun de nous, à notre niveau. Prenez soin de vous et des autres.»
    Sophie Wilmès commence à répondre aux questions des journalistes. Pour les événements organisés par des professionnels (mariage, anniversaire), il n'y a plus de montant maximum de capacité. Il revient au professionnel organisateur de suivre les règles de l'Horeca.
    Est-ce que ce CNS sera le dernier présidé par Sophie Wilmès ? « Je n'ai que 45 ans et je compte rester encore longtemps parmi vous, mais je ne sais pas si le prochain Conseil national de sécurité sera présidé par ma personne», répond la Première ministre.
    La Première ministre ré-explique le nouveau concept de bulle.Tout le monde a le droit de voir autant de personnes qu'elle le souhaite, si elle garde une distance de sécurité. Pour les contacts rapprochés, chaque individu a le droit de choisir cinq personnes par mois. Les rassemblements privés peuvent rassembler 10 personnes.
Alimenté par Platform for Live Reporting, Events, and Social Engagement