Fil info
lesoir plus

Elections fédérales, régionales et européennes 2019: les dernières informations

    Le président de la N-VA Bart De Wever a offert au roi Philippe un exemplaire de son livre "Sur l'identité", lors de sa rencontre avec le souverain cet après-midi.
     
     
    Participation ou opposition: le CDH n'a pas encore décidé
     

    Malmené dimanche lors d’un scrutin qui l’a vu perdre un tiers de ses élus environ, le cdH n’a pas encore décidé s’il se résignait à une cure d’opposition ou s’il participerait à l’un ou l’autre exécutif si l’opportunité se présentait, est-il ressorti lundi du bureau politique tenu au siège du parti.

     

    «Il n’y a pas encore de décision tranchée sur la question d’une participation ou d’une opposition», commentait le parti à l’issue de cette réunion regroupant son président, son prédécesseur, les ministres, les élus et les secrétaires politiques du parti.

     

    «Nous avons perdu ces élections et nous devons dès lors être modestes. Nous n’avons pas d’ambition particulière. Au vu des résultats, nous n’avons pas la main. Donc, nous ne sommes pas demandeur de quoi que ce soit. On attend les initiatives...».

     

    Clairement attentistes, les mandataires centristes ont néanmoins donné lundi latitude à leur président Maxime pour avoir tous les contacts utiles avec ses homologues dans les prochains jours et semaines. Aucun rendez-vous précis n’a toutefois encore été fixé, que ce soit pour le niveau fédéral ou des entités fédérées.

    Bart De Wever: «Ne me demandez pas de former un gouvernement normal avec des Ecolos qui me traitent de nazi»
     
    L'entrevue entre le roi Philippe et Bart De Wever est finie. A sa sortie, le président de la N-VA a accepté de répondre aux questions de Rachel Crivellaro, journaliste de la RTBF. De Wever a à nouveau expliqué qu'il n'imaginait pas former un gouvernement avec le PS et Ecolo. «J’imagine que c’est réciproque. Nous sommes un parti conservateur, plutôt de droite. La Flandre a voté à droite, clairement. La Wallonie a voté à gauche, aussi très clairement. J’imagine que dans les têtes des présidents d’Ecolo et du PS, l’idée existe de former un gouvernement de gauche. Qu’ils feront pour la Wallonie. Mais permettez-moi aussi d’aller en Flandre dans une autre direction. Et adoptons le confédéralisme qui peut aller aux uns et aux autres.»
     
    Bart De Wever ajoute encore: «Ne me demandez pas de former un gouvernement normal avec des Ecolos qui me traitent de nazi, qui ne montrent aucun respect pour nous, ou même avec le PS qui plaide pour des frontières ouvertes, pour une politique de sécurité laxiste, pour des réformes socio-économiques qui ne vont pas dans le bon sens. C’est impossible. Ils veulent même légaliser les stupéfiants ! Il n’y a aucun sujet sur lequel on est d’accord.» Il reproche à ces deux partis de ne pas être clairs sur leurs attentes. «Ils ne veulent pas le confédéralisme ? Mais que veulent-ils alors ? Un gouvernement avec 8 ou 9 partis, les communistes ? Qu’ils s’expriment. Moi, je suis clair, j’ai une solution pour tout le monde. Ce n’est pas une solution contre les francophones. On n’est pas là pour rompre la solidarité entre les deux communautés. Il y a des formules qu’on peut accepter, avec des garanties pour la solidarité. Et qui permettraient au moins d’aller dans le sens de la volonté exprimée par les électeurs.»
    Après Bart De Wever, le roi Philippe reçoit le président du PS, Elio Di Rupo
     
     
    Le MR a le sentiment d’avoir limité la casse
     

    Au lendemain d’élections qui l’ont vu baisser partout mais préserver sa seconde place sur l’échiquier politique francophone, le MR a le sentiment d’avoir «limité la casse» et se place en position d’attente, lui qui n’a la main nulle part.

     

    «On est loin des mauvaises nouvelles qui étaient prédites, même si c’est un recul», a commenté lors d’un bureau de parti Charles Michel, président du MR et Premier ministre du gouvernement démissionnaire.

     

    Comme les deux autres partis dits traditionnels que sont le PS et le cdH, le MR a fait les frais du scrutin de dimanche soir qui a consacré les percées du Vlaams Belang au nord et du PTB au sud, ainsi qu’une remontée d’Ecolo.

    Le président de la N-VA, Bart De Wever, a annoncé lundi qu’il entamerait dès mardi des discussions en vue de la formation d’une coalition gouvernementale au niveau flamand. Il recevra tous les présidents de partis, à commencer par celui du PVDA-PTB, Peter Mertens, qui dirige la plus petite formation siégeant au parlement flamand.

    La Belgique reste championne de la participation aux élections européennes
     

    Le taux de participation des électeurs belges au scrutin européen a été de 88,47% dimanche, un record dans les 28 pays de l’Union, même donc dans les quatre autres États membres (Bulgarie, Chypre, Grèce et Luxembourg) qui imposent aussi l’obligation de voter.

     

    La Belgique détenait déjà ce record en 2014, mais elle avait été devancée par le Luxembourg en 2009 et 2004, selon des données du Parlement européen.

    Anuna De Wever: «Cela ressemble à un retour en arrière»

     

    La percée du Vlaams Belang a aussi été une énorme surprise pour Anuna De Wever. «C’est comme si nous étions de retour en arrière», a déploré l’initiatrice des marches pour le climat qui ont eu lieu durant vingt semaines partout en Belgique, dans le but de donner un élan en faveur d’une politique climatique forte.

     

    «C’est comme si nous étions de retour en arrière et en tant que jeune, je dois recommencer à convaincre les adultes et les politiciens qu’une crise existentielle est à venir», explique-t-elle.

     

    «C’est un problème, car le climat n’est pas la priorité de la N-VA et du Vlaams Belang, et ce sont maintenant les deux partis les plus importants de Flandre. Heureusement, la tendance n’est pas la même en Wallonie et à Bruxelles», remarque Anuna De Wever.

    La candidate d’extrême droite Patsy Vatlet ne devrait pas siéger à l’Europe

     

    La candidate d’extrême droite Patsy Vatlet, élue au Parlement européen sous la bannière du Vlaams Belang, ne devrait pas siéger. Elle sera en théorie remplacée par le suppléant Tom Vandendriessche, a indiqué l’eurodéputé Gerolf Annemans.

    Mme Vatlet est trésorière du Vlaams Belang depuis de nombreuses années. Son expertise sera particulièrement nécessaire au vu de la progression importante du parti lors du scrutin, a commenté M. Annemans. Filip De Man, qui fut longtemps parlementaire fédéral et a décroché un strapontin à l’Europe dimanche, devrait lui bien siéger à Strasbourg.

    Le PS entame ses consultations mercredi par le MR à Namur et Ecolo à Bruxelles
     

    Le président du PS, Elio Di Rupo, recevra une représentation du MR mercredi matin au parlement de Wallonie à Namur, a-t-il confirmé lundi lors du Bureau de son parti consacré à l’appréciation des résultats du triple scrutin électoral de dimanche.

     

    Dans l’après-midi, il recevra les écologistes, arrivés troisièmes à Namur au terme des élections. Au parlement bruxellois, la cheffe de file socialiste, Laurette Onkelinx, et le ministre-président sortant, Rudi Vervoort, recevront d’abord Ecolo, arrivé deuxième parti.

     

    Des consultations seront également menées au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une pause sera ensuite obervée à l’occasion du congé de l’Ascension. De nouvelles consultations auront lieu ensuite la semaine prochaine.

    Le Roi a fini ses consultations avec Elio di Rupo. Il reprendra ce mardi.
     
     
     
    Seulement 17 femmes élues de plus que lors des dernières élections
     

    En comptabilisant les élus des différents parlements pour lesquelles des élections étaient organisées dimanche, on constate que 212 femmes ont obtenu un strapontin, soit 17 seulement de plus que lors des dernières élections. La proportion des femmes élues n’augmente donc que très légèrement, pour atteindre 43,8%, contre 40,2% auparavant.

     

    Au total, 484 sièges étaient en jeu en Belgique pour la Chambre, les parlements flamand, wallon, bruxellois et germanophone ainsi qu’à l’hémicycle européen. 212 femmes ont été élues, contre 195 lors des précédentes élections. Aucune instance n’atteint l’égalité.

    Le parlement flamand s’affiche comme le plus égalitaire, avec 59 femmes pour 124 strapontins, soit une proportion de 47,6%, contre 44,3% en 2014.

     

    Au parlement bruxellois, la part d’élues atteint 43,8% (39 sièges sur 89), au parlement wallon 41,3% (31 sur 75) et à la Chambre 43,3% (65 sur 150). Au niveau européen, neuf des eurodéputés belges sont des femmes, soit 42,8%.

     

    Le parlement de la Communauté germanophone accuse un certain retard dans la représentation des femmes: il ne compte que neuf élues sur 25 sièges, soit 36%.

    Bonsoir, sait-on qui le Roi consultera t'il demain?

    -Dylan
     
    Bonjour, le programme du Roi n'a pas encore été communiqué. Tous les détails par ici.

    Les consultations du Roi reprendront ce mardi. L’agenda n’est pas encore connu. La question se pose de savoir si le Vlaams Belang, grand gagnant du scrutin en Flandre, fera partie des invités.

    Parlement wallon: Pierre-Yves Dermagne (PS) et Christophe Bastin (CDH) vont cumuler

     

    Les bourgmestres de Rochefort et d’Onhaye, Pierre-Yves Dermagne (PS) et Christophe Bastin (cdH) ont été élus député wallon dimanche lors des élections régionales. Grâce à un taux de pénétration qui leur est favorable, ils pourront toutefois cumuler leurs fonctions régionales et communales, ont-ils indiqué lundi.

     

    Deuxième meilleur score de la circonscription de Dinant/Philippeville derrière François Bellot (MR), Pierre-Yves Dermagne conserve son siège de député wallon.

     

    Après avoir vérifié les chiffres exacts, Christophe Bastin a également confirmé pouvoir cumuler sa fonction de bourgmestre et de député wallon. En 2014, le siège régional lui avait échappé en raison de l’application de la règle de l’apparentement.

     

     

     

    La Sûreté d’Etat n’a pas décelé d’influence massive de la Russie

    La Sûreté de l’Etat n’a «à ce stade pu identifier aucune campagne d’influence massive et coordonnée venant de Russie» à l’occasion des élections générales de dimanche, a indiqué lundi l’organe auprès de l’agence Belga.

    «Nos enquêtes montrent que la Russie était en état d’encourager une vague nationaliste anti-européenne à l’approche des élections. Mais à ce stade, nous n’avons pas encore pu identifier de campagne d’influence massive et coordonnée venant de Russie. Les méthodes de diffusion de fausses informations et de manipulation de l’information se sont affinées».

    Dyab Abou Jahjah annonce mettre fin à sa carrière politique et d’activiste

    Le militant politique Dyab Abou Jahjah a annoncé lundi la fin de sa carrière politique après l’échec de sa formation, Be.One, à décrocher le moindre élu au parlement bruxellois lors du scrutin régional de dimanche.

    «Je continuerai bien à donner mon opinion sur la politique» et à soutenir mon parti, a-t-il affirmé à l’agence Belga, confirmant une information publiée par l’hebdomadaire flamand ’Knack’.

    La liste Be.One a récolté 3.021 voix lors de l’élection régionale à Bruxelles (soit 4,32% des suffrages exprimés dans le groupe linguistique néerlandophone).

    Les consultations reprendront mardi matin
     
    Mardi à 9h30, Philippe recevra Ecolo, puis Groen à 10h30.

    Après avoir, comme le veut la tradition, reçu lundi matin le Premier ministre sortant Charles Michel, ainsi que les présidents de la Chambre et du Sénat, Siegfreid Bracke (N-VA) et Jacques Brotchi (MR), le souverain s’est entretenu lundi après-midi avec le président de la N-VA, Bart De Wever.

    ► Le roi Philippe a terminé ses consultations et les reprendra ce mardi

    Ce dernier a reconnu dimanche la défaite de sa formation qui reste cependant la première à la Chambre et au parlement flamand.

    Le chef de l’Etat a ensuite reçu le président du PS, Elio Di Rupo.

    Percée de l'extrême droite : qu'en pensent les Flamands ?

     

    «Je pense qu’il faut se préparer à une situation de crise», admet Elio Di Rupo

    Ce lundi soir, Elio Di Rupo s’est exprimé sur le plateau de RTL-TVi. Le président socialiste a expliqué qu’au fédéral, la situation est extrêmement complexe.

     

     

    « D’abord le gain massif du Vlaams Belang nous heurte, tous les démocrates. Cela heurte nos valeurs. En tant que socialiste, je suis très choqué. Hier soir, j’ai vu des photos, dans leur réjouissance, de personnes faisant le signe nazi. Cela donne un signe qui est effrayant. Deuxièmement, le parti séparatiste, la N-VA, et le Vlaams Belang ensemble représentent 43 sièges des 87 sièges flamands au parlement fédéral, cela veut dire qu’ils sont à un siège de la majorité néerlandophone ».​

     

     

     

     

    «Pas question d’envisager des partis non démocratiques comme le Vlaams Belang ou le PTB», prévient Charles Michel

    Sur la possibilité d’une coalition avec le Vlaams Belang, Charles Michel est très clair, c’est non. «Le roi a démarré les consultations, mais pour le MR pas question d’envisager des partis extrémistes et non-démocratiques comme le Vlaams Belang ou le PTB». «Ma coalition préférée, est celle qui permet d’éviter les blocages et d’être concentré sur les décisions économiques et sociales», a encore déclaré le Premier ministre.

    «Une chose est claire, ce sera avec Groen et sans la N-VA», indique Jean-Marc Nollet
     
    Jean Marc Nollet, invité du JT de RTL s’est dit lundi soir «heureux» des résultats d’Ecolo aux scrutins de dimanche. «Le message envoyé par les Belges, et notamment les plus jeunes d’entre eux, a trouvé une résonance au niveau du résultat électoral. Heureux aussi parce qu’aujourd’hui, on a réussi à faire de la question du climat une opportunité pour créer de l’emploi. Et heureux parce que j’entrevois une perspective pour la Wallonie, pour Bruxelles, pour la Fédération qui ne peuvent qu’imaginer un avenir meilleur».
     
     Le co-président d’Ecolo a également reconnu qu’au niveau du fédéral «la situation est moins réjouissante», compte tenu du score du Vlaams Belang et de la N-VA. «Nous sommes disposés à prendre nos responsabilités, mais il y a une chose claire, ce sera avec Groen, et sans la N-VA.»

     

     

     

     

    On est devant une fracture plus profonde qu'on ne le croit du coté francophone, estime Olivier Maigain
     
    Pour le président de DéFI, le score de son parti est  "une déception, nous réussissons une progression en voix, mais ce n'est pas suffisant pour émerger."
     
    Concernant le succès du Vlaams Belang, il estime que le pays est face à "une fracture plu profonde que l'on ne croit du coté francophone, il va falloir que les francophones apprennent à se poser les bonnes questions"
     
    Maxime Prévot (CDH): "On est actuellement au bord du terrain"
     
    Le président du CDH a livré lundi soir son analyse sur les résultats de son parti aux scrutins de dimanche.  "Il y a de sérieux questionnements, et je veux être un président lucide et responsable par rapport à ce message des électeurs, et rester dans une démarche constructive".
     
Alimenté par ScribbleLive Content Marketing Software Platform