Footbelgate: les dernières informations

    L’avocat de Sébastien Delferière dénonce l’irrespect de la présomption d’innocence

    L'avocat de l'arbitre, toujours inculpé de corruption active et passive ainsi que de participation à une organisation criminelle, a plaidé, au téléphone, l’innocence de son client dans cette vaste enquête. Selon Me Didier De Quevy son client n’a rien à se reprocher. «  Mon client est innocent. J’ai trouvé un homme en pleurs devant moi. Il n’a rien à voir avec les suspicions de matchs truqués. C’est important de le préciser. La Justice lui reproche d’avoir accepté la remise d’1% sur l’achat d’une voiture Audi rouge. Cela, il ne le nie pas…Il a été interrogé plusieurs heures sur le sujet mercredi dernier avant sa libération sous conditions. »
     
    Son avocat assure que l'inculpation de celui qui est aussi président du Stade brainois, pourrait rapidement tomber.«Je vais me battre pour faire en sorte que cela arrive. Il connait Dejan Veljkovic, c’est un ami. Mais ce n’est pas un crime d’être proche d’un agent . Ils se sont rencontrés par hasard. Quand ? Je ne sais plus. Je n’ai pas demandé à mon client. Au début Monsieur Delferière ne savait même pas qu’il était agent de joueurs. Je vais faire le maximum pour que mon client soit blanchi dans cette histoire. Son honneur est en jeu. »
    Concernant les faits révélés par une partie de la presse flamande selon lesquels l’arbitre aurait ensuite revendu une voiture d’occasion au garage où il avait acheté l’Audi avant que le garagiste ne revende cette voiture à un membre de la famille de Veljkovic, l’avocat Bruxellois nie en bloc ses faits. « Mon client n’a pas été auditionné concernant ce sujet. C’est donc faux sauf si de nouveaux éléments du dossier me parviennent. En tout cas, je trouve que dans ce dossier la présomption d’innocence de mon client est bafouée. »
    En ligne de mire de l’avocat de Sébastien Delferière, l’Union belge. « Actuellement mon client est suspendu au niveau de l’arbitrage. Cela fait partie de ses conditions de libération, valable trois mois, comme le fait de n’avoir aucun contact avec des agents de joueurs et aussi de ne pas exercer son métier d’employé administratif à l’Union belge. Mais je trouve fou la décision de l’Union belge de vouloir le suspendre à vie comme j’ai lu. C’est scandaleux et démesuré à ce stade. J’attends avec impatience d’être convoqué avec mon client pour m’expliquer. »
    En tout cas, Me De Quevy ne compte pas attendre la suite de l’instruction pour agir. « Ce dossier risque de traîner en longueur. Je vais faire le maximum pour disculper mon client. Si un non-lieu arrive, je mettrai directement en place une procédure de réhabilitation de mon client auprés de l’Union belge car mon client veut continuer à arbitrer. Il est innocent. »
Alimenté par ScribbleLive Content Marketing Software Platform