Kazakhgate: suivez les débats en commission en direct

    Bonjour à tous.
    Au programme de la commission d'enquête Kazakhgate: 
    - A 10h, Jean-Claude Van Espen, ancien juge d'instruction intervient.
    - 12h: le Procureur du roi, Jean-Marc Meilleur
    - 14h: Jean-Pierre Mazery
    - 15h: Armand De Decker 
    Le juge d'instruction honoraire Jean-Claude Van Espen est entendu actuellement. La commission d'enquête parlementaire a décidé de le convoquer suite aux révélations du Soir, en juin dernier.

    En 2013 et 2014, sur commission rogatoire internationale demandée par Paris, le juge Van Espen avait accompli à Bruxelles divers devoirs d’instruction qui éclairent les flux financiers secrets dont a bénéficié le préfet Jean-François Étienne des Rosaies, personnage-clef du Kazakhgate évoluant dans l’ombre du président Sarkozy. Sur 954.000 euros de commissions diverses perçues par ce préfet, 396.000 ont transité par Bruxelles.

     

    Lors de l'audition de ce vendredi matin, le juge d'instruction Van Espen assure que la déclaration de Guy Vanden Berghe - « Les conventions de prêt relatives aux sommes de 90.000 euros et de 306.000 euros n’ont été qu’un habillage juridique pour donner une causalité apparente à ces deux virements » publié par Le Soir le 14 juin - n'apparaît pas son dossier. 
    Les "prêts" dont parlaient monsieur Vanden Berghe avaient été effectués via son compte ouvert à la banque anversoise Delen pour Etienne de Rosaies, "préfet hors cadre et officieux au cabinet de Nicolas Sarkozy". L'avocate de Chodiev, Catherine Degoul remboursait les "prêts" un mois plus tard. 
     
    14h05: L'audition de Jean-Pierre Mazéry a débuté.
    A la question "Comment avez-vous rencontré Armand De Decker et monsieur Des Rosaies?", J-P. Mazéry répond: "Nous avons des relations officielles avec la Belgique au sein de l'ordre de Malte et nous avons un représentant officiel. Il m'est arrivé de venir fréquemment à Bruxelles. A cette occasion, j'ai rencontré Armand De Decker. En 2007, nous avons été accueilli par le gouvernement belge, et le vice-président du Sénat, Armand De Decker. [...] J'ai eu de nombreuses occasions de le rencontrer en Belgique. Il était aussi très connu en France. Il était souvent à Paris. On a toujours eu d'excellentes relations avec lui."
    15h00: L'audition d'Armand De Decker va commencer
    Armand De Decker invoque son droit au silence et ne veut répondre à aucune question. Il quitte la salle.
Alimenté par ScribbleLive Content Marketing Software Platform