Fil info
lesoir plus

Conseil national de sécurité: les dernières informations

    La conférence de presse devrait commencer incessamment sous peu. Les ministres des entités fédérées sont déjà arrivées. On n'attend plus que la Première ministre Sophie Wilmès.

    Thalys adapte encore son offre à la crise du coronavirus. A partir de mardi, il n’y aura plus qu’un aller-retour par jour entre Bruxelles et Paris et un entre la capitale belge et Amsterdam.

    Sophie Wilmès est arrivée.
    La première ministre rappelle le bilan du jour.
    "Je suis consciente que c'est très pénible pour les personnes qui ont perdu un proche. Ils ont dû faire leurs adieux dans des circonstances très difficiles."
    Sophie Wilmès remercie tous les Belges qui respectent les mesures prises.
    La Première ministre remercie encore le personnel soignant.
    Sophie Wilmès salue les policiers, les conducteurs de bus, les travailleurs du secteur alimentaire et toutes les autres personnes qui continuent à faire tourner la société.
    Les scientifiques s'accordent qu'il est beaucoup trop tôt pour affirmer que l'épidémie est sous contrôle. Certains indicateurs rapportent la baisse de la croissance exponentielle du virus. Il faut donc continuer l'effort, précise Wilmès.
    Les mesures prises préalablement seront prolongées jusqu'au 19 avril et cette décision pourra être renouvelée pour deux semaines, jusqu'au 3 mai.
    Les CNS seront convoqués régulièrement pour faire le point sur la situation.
    Les citoyens sont tenus de rester chez eux sauf pour les déplacements essentiels: travail, médecin, courses.
    Pour l'activité physique en plein air, l'objectif est bien de rester en mouvement et de ne pas s'installer dans les parcs pendant des heures. Après la fin de l'activité, il faut rentrer immédiatement chez eux. Il n'est pas question de se rendre dans les Ardennes ou à la mer pour la journée. Des sanctions sont appliquées. Un système de perception immédiate des amendes sera mis en place.
    Fin de la prévention, le temps est aux sanctions. "Il est important que tout le monde joue le jeu sérieusement".
    Wilmès condamne les lockdown parties très fortement. "Beaucoup de jeunes ne se sentent pas concernés. On se sent invincible quand on est jeune. Parmi les jeunes qui faisaient la fête dans les cafés il y a quinze jours, il y en a qui sont aujourd'hui aux soins intensifs. C'est une réalité et chacun doit en être conscient".
    "En ce qui concerne les entreprises, le télétravail est obligatoire pour toutes les activités non-essentiels. Si les règles de distanciation sociale ne peuvent pas être mises en place, l'entreprise doit fermer. Des contrôles ont déjà eu lieu et continueront."
    "Pour les écoles, la règle reste la même. La garderie dans les écoles doit pouvoir être assurée pendant les vacances de Pâques également. Si ce n'est pas possible, une autre forme de garderie peut être organisée: les enfants gardés ensemble devront continuer à l'être et de préférence être gardés par des personnes avec qui ils ont eu des contacts récemment".
    "Aujourd'hui, nous vous demandons du courage et de la patience. Continuons à faire preuve de créativité pour maintenir les liens sociaux. Continuez à prendre soin de vous et prendre soins des autres."
    "Si l'objectif à réaliser est bien clarifié pour le sport et la promenade, il faut néanmoins limiter autant que possible le temps de sortie. Nous ne voulons pas que nos scientifiques reviennent avec une demande de renforcement des mesures".
    "Priorité aux choses prioritaires: nous nous occupons actuellement de la situation sanitaire. Après le 19 avril, il pourrait y avoir une autre période de deux semaines avec ces mêmes mesures. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour étudier ces mesures régulièrement. Nous n'avons pas encore pensé à ce que nous ferons des festivals d'été, c'est encore trop loin actuellement. Nos décisions sont prises sur base des conseils des experts scientifiques. Nous n'avons pas encore regardé l'été."
    Concernant le risque de saturation des hôpitaux, Wilmès confirme que le risque existe. "Nous n'aurions pas pris des mesures aussi importantes si nous ne craignions pas une saturation des hôpitaux. L'exponentialité des cas est en train de diminuer. L'accélération est moins forte. Les experts nous disent également qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions. Nous n'avons pas encore vu le bout du tunnel. Cela nous permettra à la fois d'assurer la capacité d'accueil des hôpitaux, d'éviter aussi des contaminations qui ne sont pas nécessaires, et d'être contraints de prendre des mesures encore plus drastiques".
    Les secteurs cruciaux. "Le raisonnement de base fonctionne pour tout le monde: toutes les entreprises doivent continuer à fonctionner avec la règle absolue du télétravail. Si vous n'êtes pas en capacité de le faire, l'exercice du travail doit alors se faire dans le respect absolu des règles de distanciation sociale. Sinon, l'entreprise doit fermer. Les entreprises de secteurs cruciaux ne peuvent pas être soumis de manière absolue à la règle de distanciation sociale mais elles restent soumises à cette règle, si c'est possible. Autre question qui se pose; quelles sont les entreprises qui rentrent sous le vocable 'entreprises en secteur crucial'? Nous avons soumis une annexe aux partenaires sociaux pour qu'ils puissent étudier cette annexe, pour qu'on éviter d'oublier certaines entreprises ou d'en ajouter alors que ce n'est pas nécessaire".
    L'arrêté ministériel sera mis à jours dans les jours à suivre.
    "On a organisé la garderie depuis les mesures que nous avons prises par les professeurs. Cela a créé des facto des communautés: des élèves et des professeurs. La question des vacances ne doit pas permettre de changer cette approche-là. Il faut tenir compte de la réalité du terrain; si maintenir le système actuel n'est pas possible, il faut organiser une alternative qui respecte néanmoins les communautés créées. A savoir ne pas mettre des enfants en présence d'autres enfants qu'ils n'ont pas fréquentés depuis deux semaines".
    La conférence de presse est désormais terminée.

    La Région bruxelloise a décidé d’acquérir un drone supplémentaire pour compléter le dispositif existant en portant ainsi sa flotte à 4 appareils d’appui opérationnel dans les missions d’intervention des services de police locale et fédérale.

    L'essentiel du jour.
    Le confinement imposé en Belgique pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus a été prolongé de deux semaines jusqu’au 19 avril. Cette décision pourra être renouvelée de deux semaines jusqu’au 3 mai. Pas de changement dans les mesures en vigueur, qui seront maintenant sévèrement appliquées et sanctionnées en cas de non-respect, avec la mise en place temporaire de perceptions immédiates.

    Elio Di Rupo explique que les montants des amendes seront décidés par le ministre de l'Intérieur mais le montant pourra directement être perçu par les policiers.
    Sur RTL, Maxime Prévot s'est dit déçu de la décision du Conseil national de sécurité. "Deux semaines de délai supplémentaires, un rappel des mesures existantes et c'est à peu près tout. Le contexte m'amenait à penser qu'on pourrait avoir des mesures plus importantes. (...) On attend des lignes directrices qui soient plus claires pour les bourgmestres, la police et les citoyens". Il prend l'exemple des déplacements de loisir: le citoyen ne sait pas toujours s'il se met en défaut ou pas, la police interprète de manière librement les choses. "Deuxième enjeu: les écoles. On ne sait toujours pas si on va pouvoir compter sur les professeurs comme si on était en régime normal ou si on va être dans un schéma de bénévolat. Troisième enjeu: les masques. Tous les jours, on est harcelé de coups de téléphone de gens en première ligne qui n'ont toujours pas de masques."
    Bonjour à toutes et à tous. Merci de choisir Le Soir pour vous tenir informé (et passer le temps intelligemment). Philippe Laloux journaliste, pour vous accompagner jusqu'à 15 heures et tenter de répondre à vos questions toujours aussi nombreuses. 
    Ce vendredi soir, le gouvernement a annoncé le prolongement du confinement jusqu'au 19 avril, minimum. La seule manière, rappelait Sophie Wilmès, de venir à bout, au plus vite, de la pandémie (et donc, de sauver des vies). Les mesures restent les mêmes. Mais on passe du stade de la prévention à celui de l'application stricte. Les contrôles seront donc plus sévères.
    C'est parti pour deux heures de chat. On démarre avec la question de Julie, postée hier soir.
    Bonjour, Je devais passer mon permis pratique le 16 mars mais celui-ci a été annulé, on me l’a donc reporté pour le 6 avril. Cependant vu la situation, il va sûrement encore être annulé. Mon permis provisoire expire en août. Si je me devais de le rater cette fois ci, je devrai repasser 6 heures d’auto école car déjà raté une fois. Ceci prendrai donc beaucoup de temps à faire plus reprendre un autre rendez-vous.Je me demande donc si je vais pouvoir bénéficier d’un prolongement de mon permis provisoire étant donné que j’ai été ralenti dans mon parcours.Merci

    -Julie
    Bonjour Julie
    Voici ce que nous dit le site autosecurité.be : « Pour les candidats dont le permis de conduire provisoire/l’examen théorique/le test de perception des risques arrive à échéance à partir du 18 mars 2020 et jusqu’au dernier jour du confinement (actuellement le 19 avril 2020), la validité est également prolongée de 6 mois.
    Cette mesure concerne donc uniquement les candidats qui devaient/doivent présenter leur examen durant cette période. A ce stade, pour les candidats dont le permis de conduire provisoire/l’examen théorique/le test de perception des risques arrive à échéance après le 19 avril, la prolongation ne s’applique pas. »
    Courage ;-) C’est le moment de relire la théorie…
     
    Bonjour, la semaine prochaine, mon ami déménage via une compagnie de déménagement. Mon ami, sans véhicule, et qui n'a pas la possibilité d'être transporté dans le camion, m'a juste demandé de le conduire jusqu'à son futur domicile, de manière à ce qu'il puisse être présent à l'arrivée du camion de déménagement. Nous ne serons que deux dans le véhicule et mon ami s'assoira à l'arrière du véhicule. Peut on considérer qu'il s'agit d'une aide absolument nécessaire et que cette aide ne sera pas verbalisée?

    -LM
    Bonjour LM
    C’est toujours difficile pour Le Soir de se substituer à l’avis des autorités… Je ne suis que journaliste et, à ce titre, je décrypte les mesures annoncées. Que disent-elles ? Que les déménagements sont déconseillés (mais tolérés en cas de d’impérieuse nécessité). Que le covoiturage est permis s’il concerne une personne en plus du chauffeur, idéalement une personne à l’avant et l’autre à l’arrière. Ou plusieurs personnes mais qui vivent alors sous le même toit. Si vous faites l’objet d’un contrôle, seul l’agent qualifié pour juger s’il s’agit d’une aide nécessaire. A vous d’être convaincant (mais surtout prudent ;).
     
    j'aimerai tant courir nu sur une plage dorée face au vent...quand est ce que cela sera possible à plus d'1m50 des autres bien sur)?

    -apéro
    Bonjour apéro
    Patience ;-) 
    Bonjour,Je suis inquiète pour mon oncle qui habite à 110 km de chez moi.Il est seul et reçoit juste un repas par jour.Puis-je lui porter des provisions malgré la distance?

    -Manu
    Bonjour Manu
    Je comprends votre inquiétude. Si votre oncle n’a pas d’autres solutions que votre aide, ce déplacement destiné à venir aide à une personne dans le besoin devrait être autorisé.
     
    Bonjour, Je me suis remis en ménage avec une nouvelle compagne depuis plus d'un an. Comme je vis avec mes trois enfants ( full time) , ma compagne a rejoint mon domicile sans jamais s'y domicilier. Elle vit donc chez moi avec mes enfants; quant à son domicile à elle, il est occupé par son fils et des colocataires. Nous respectons les règles de confinements, mais que se passe -t-il en cas de contrôle effectué lors d'un déplacement essentiel ( déplacement vers le lieux de travail ) , son déplacement est de mon domicile vers son lieux de travail. Comment aborder la question et justifier cela en cas de contrôle. Merci de votre retour. Philippe

    -Philippe
    Bonjour Philippe
    Chacun est tenu de se choisir un lieu de résidence. Si ce lieu est votre domicile, votre compagne est reste dans le cadre des mesures annoncées.  
    Bonjour,j ai fait une operation depuis un mois avant,et fin de mois j ai un rdv chez mon medicin,mais le probleme c est que mon medicin il est 80km plus loin,je peut aller?

    -Polux
    Bonjour Polux
    Les déplacements chez le médecin sont considérés comme "essentiels". Il n'y a, à notre connaissance, aucune contrainte liée à la distance qui séparer votre lieu de résidence et le cabinet médical.  
    Bonjour, je vit seule et mon copain chez ces parents a 5km de chez moi, est ce que je risque une amende si il vient passer le confinement chez moi?

    -Laura
     Bonjour Laura
    Chacun était tenu de choisir son lieu de résidence au début du confinement. Ce lieu ne peut théoriquement pas changer en cours de route. 
    Bonjour,Mon cheval est dans un centre équestre privé à 7km de chez moi et compte sur moi sortir tout les jours.Puis je m’y rendre sans souci ou il y a t’il une restriction à ce niveau pour les déplacements ?

    -Emily
    Bonjour Emily
    Assurer le bien-être d'un animal est considéré comme un déplacement essentiel. En revanche, les sorties à cheval sont soumise au même régime d'autorisation en vigueur pour les sorties extérieures (qu'elles se fassent à pied, à vélo ou cheval): dans l'entourage  immédiat du domicile, de courte durée et en respectant les règles de distanciation sociale.  
    Bonsoir, j'ai un peu de mal à comprendre ce qui, après une dizaine jours de confinement continue de provoquer un chiffre élevé quotodien de contaminations? S'il s'agit de personnes ayant contracté le virus avant les 1ères mesures est-il encore possible à ce stade de développer les symptômes? Que sait-on des personnes hospitalisées, y-a-til une tendance qui se dégage quant à l'environnement (de travail par ex.) ou au mode de contamination dont ont été victimes les personnes qui continuent à affluer dans les hopitaux? Merci

    -I.Ay.
    Bonjour

    La durée d'incubation du SARS-CoV-2, soit le délai entre la contamination et l'apparition des premiers symptômes, varie entre 1 et 14 jours. Mais de plus longues périodes d'incubation ont été observées, notamment en Chine et en Italie. D'autre part, les personnes infectées (même asymtomatiques) sont suscpetibles de contaminer d'autres personnes.  Selon l'OMS, le "taux de contagion" pour le SARS-CoV-2 serait compris entre 1,4 et 2,5. Cela signifie qu'une personne infectée contamine en moyenne entre 1,4 et 2,5 personnes. Si le nombre de personnes contaminées augmente, c'est précisément le signe que nous n'avons malheureusement pas encore atteint le pic de l'épidémie. D'où l'impérieuse nécessité de respecter les deux mesures phares qui permettent de ralentir la progression: rester chez soi et se laver les mains. 
    bonjour , cela peu paraitre dérisoire mais qu'en est il des demenagement ? mon nouveau proprietaire me dis que je peux a conditions de garder le distance social , mais je ne suis pas dans une situation d'urgence ?merci de votre reponse

    -arnauld
    Bonjour  Arnauld
    Oui, les déménagements urgents ont autorisés, à condition que les mesures de distanciation sociale soient respectées, nous rappelle le site, ultra-complet, www.info-coronavirus.be
    Peut on ma fille et moi jouer au ballon sur une pelouse vide en nous baladant? Des gardiens de la paix nous l on interdit aujourd'hui alors qu on le fait depuis le début du confinement

    -steph
    Bonjour Steph
    Il devient difficile de répondre à ce type de questions, tant les situations particulières se multiplient. Les règles générales sont connues. Les critères d'application sur le terrain restent à la discrétion des autorités locales. Celles-ci auront peut-être jugé que vous et votre fille, ce jour-là, ne les avez pas respectées.  
    Bonjour,Je fais partie d'un groupe de couturières bénévoles fabriquant des masques chirurgicaux en tissus pour les hôpitaux, les maisons de repos, asbl, pharmacies, etc. Pour ce faire, je dois aller chercher le matériel puis, une fois terminé, reporter les masques chez une personne habitant à 15 kilomètres de chez moi qui centralise le tout.Ce trajet est il autorisé et considéré comme nécessaire ou est ce que je risque une amende si je me fais contrôler ?Merci d'avance de votre réponse,Cordialement,

    -J
    Bonjour J
    Tout d'abord, bravo pour votre dévouement. Il nous semble que les autorités feront preuve de compréhension, pour autant que vous respectiez les règles élémentaires de distanciation sociale.  
    Bonjour,Concernant les promenades au bois avec son chien : puis-je prendre la voiture et faire 15 km (distance de chez moi jusqu'à l'endroit où les chiens peuvent être lâchés)avec mon chien et ma fille ?

    -Raiko
    Bonjour Raiko
    Je comprends votre besoin de grand air, pour vous et votre chien. Malheureusement, en l'état, ce déplacement ne remplit aucunement les critères définis pour gagner le label "crucial" ou "indispensable". Les sorties doivent être réalisées dans l'environnement immédiat du lieu de résidence et être de courte durée. C'est essentiel pour réduire au maximum les risques de contamination, pour vous et les autres. Courage.  
    Bonjour,Je travaille dans le secteur horeca (donc en confinement) mon frère est infirmier. Est il possible pour moi de lui faire parvenir des plats préparés et des pâtisseries pour lui et aux personnes avec qui il travaille tout en respectant les différentes mesures prises ?

    -Clara S
    Bonjour Clara S
    Bravo pour votre dévouement. Bien entendu, les livraisons (pour autant qu'elles se fassent dans les respect dès règles de distanciation) sont autorisées, tant pour l'horeca que pour les commerces qui ont la possibilité des les organiser.  
Alimenté par Platform for Live Reporting, Events, and Social Engagement