Pénurie de carburant, magasins non approvisionnés: les dernières infos en direct

    Les actions menées devant les dépôts de carburant par les transporteurs entraînent des pénuries de carburant dans plusieurs stations-service en région liégeoise et dans le Tournaisis.
    « La situation empire d’heure en heure », a indiqué Olivier Neirynck, directeur technique de Brafco, la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants.
    Commentaire ()
    Une heure de file pour rejoindre la Côte

    Une dizaine de chauffeurs routiers mènent une action sur la E40 entre Bruxelles et Gand mercredi matin, ce qui engendre des embarras de circulation.

    Les camions roulent au pas sur les trois voies. Le temps d’attente s’élevait à une heure vers 09h15, indique le centre flamand du trafic (Vlaams Verkeerscentrum), avec une file depuis le ring de Bruxelles jusqu’Alost. Une file de curieux s’est aussi formée dans l’autre sens.
    Commentaire ()
    Voici où sont installés les barrages en Wallonie province par province 

    Commentaire ()

    Ce mercredi matin à Habay-la-Neuve @Thierry Raskin

    Commentaire ()

    Ce mercredi matin à Habay-la-Neuve @Thierry Raskin

    Commentaire ()

    Ce mercredi matin à Habay-la-Neuve @Thierry Raskin

    Commentaire ()
    Les dépôts hennuyers de Colruyt toujours bloqués

    Le groupe Colruyt est toujours affecté par le blocage des zonings de Gislenghien et Ollignies a confirmé ce matin Hanne Poppe, la porte-parole du groupe. "Mais il n'y a pas de rayons vides pour le moment", assure-t-elle. Les centres de distribution hennuyers de Colruyt livrent les produits de grands volumes (bières, eaux, boissons, papier-toilette...) vers l'ensemble des magasins belges. "Heureusement, nos magasins ont du stock, mais il ne faudrait pas que la situation perdure encore plus de deux ou trois jours", ajoute Hanne Poppe, qui précise que Colruyt est en contact avec les autorités locales pour trouver une solution à ces blocages. L'approvisionnement des magasins en produits frais (qui se fait depuis le centre de distribution de Hal) n'est pas affecté.
    Commentaire ()
    Ce mercredi matin, les automobilistes, qui craignent  une pénurie de carburant, se sont rués sur les stations-service, constate L'Avenir.
    Commentaire ()
    M. Weyts demande une intervention de la police fédérale afin qu’elle «verbalise»

    Le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts, a demandé mercredi à son collègue fédéral de l’Intérieur, Jan Jambon, de faire intervenir la police fédérale pour mettre fin aux barrages des transporteurs routiers protestant contre la nouvelle taxe kilométrique pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes, entrée en vigueur le 1er avril.

    «Je ne puis accepter que l’on gêne les autres usagers de la route et que l’on les mette en danger par une protestation tardive contre une mesure correcte en matière de mobilité», a-t-il affirmé. 



    Commentaire ()
    La construction impactée


    "L’activité dans la construction est gravement freinée par les barrages filtrants sur les routes, déplore la Confédération Construction Wallonie (CCW). Des centaines de chantiers sont à l’arrêt, des millions d'euros de chiffre d’affaires sont perdus chaque jour en Wallonie pour le secteur. La construction est d’autant plus pénalisée qu’avril est normalement un mois d’activité intense dans le secteur. Nombreux retards pris sur les chantiers ne sont pas rattrapables et se traduiront en pertes économiques nettes pour les entreprises de construction". La CCW dit pourtant être "solidaire des transporteurs dans un autre dossier : la lutte contre le dumping social étranger qui touche tant la construction que le transport. Mais dans le cas de la redevance kilométrique, la CCW estime que personne n’a intérêt à maintenir ces barrages qui paralysent la Wallonie".
    Commentaire ()
    Mon cabinet suit heure par heure la situation du risque de pénurie d’approvisionnement en carburant #taxekilometrique
    La ministre de l'Energie, de l'Environnement et du Développement durable s'est exprimée sur son compte Twitter sur la pénurie de carburants
    Commentaire ()
    Bidvest a recommencé ses livraisons

    Le société Bidvest, située sur le zoning de Thuin, a pu reprendre ses activités ce matin, nous confirme Philippe Delsaert, directeur opérationnel du spécialiste du foodservice (livraison de produits alimentaires à des clients professionnels). "Nous étions bloqués depuis dimanche, mais le barrage a été levé à six heures ce matin", explique-t-il. Parmi les clients de Bidvest, on compte notamment des collectivités locales (hôpitaux...), des cuisines collectives (Sodexo, Compass), des chaînes d'hôtellerie, des enseignes de distribution (Delitraiteur) ou des chaînes de restauration (Quick, Pizza Hut...). Philippe Delsaert déplore la perte "énorme" que le blocage a entraîné pour son entreprise. "Nous nous attellerons plus tard à la chiffrer exactement, mais pour l'heure, notre priorité est de résorber le retard, nous explique-t-il. Nous allons travailler jour et nuit, mais je ne m'attends pas à un retour à la normale avant samedi". En raison des barrages toujours en cours en d'autres points de la Wallonie, l'activité de Bidvest est encore en partie entravée. "Je comprends le souci des transporteurs, précise encore Philippe Delsaert. Nous avons nous-mêmes notre charroi. Mais ce n'est pas en faisant des actions sauvages qu'on arrive à des solutions. Il faut passer par la négocation concertée, au-travers des organisations professionnelles représentatives".
    Commentaire ()
    Quick confirme les problèmes d'approvisionnement de certains de ses restaurants

    La chaîne de restauration rapide Quick confirme que les actions des transporteurs routiers "ont une influence sur l’approvisionnement des restaurants. Avec comme conséquence possible une pénurie de certains ingrédients rendant plusieurs produits temporairement indisponibles. Il se peut que certains restaurants se voient contraints de fermer". Quick dit mettre tout en oeuvre, avec ses fournisseurs "pour réduire au maximum les désagréments subis par ses consommateurs".
    Commentaire ()
    Le rond-point permettant l’accès au zoning de Nivelles (Brabant wallon) est toujours bloqué par les camionneurs en colère.
    Commentaire ()
    Total fait lever les barrages

    D'après SudPresse, Total Belgique a obtenu de la justice qu'elle prononce des astreintes de 5.000 euros par heure par camion qui devrait continuer à bloquer l'accès au port pétrolier de Wandre ainsi qu'au site de Feluy. En conséquence, toujours d'après nos collègues, les transporteurs auraient déjà levé leur barrage à Wandre.
    par Bernard Padoan (Le Soir) édité par Claude de Decker (Le Soir) 4/6/2016 2:56:09 PM
    Commentaire ()
    Barrage levé à Wandre, pas à Feluy

    Pascal De Crem, porte-parole de Total Belgique, nous confirme que le groupe pétrolier a bien obtenu deux ordonnances pour faire lever les barrages installés autour du port pétrolier de Wandre et du site de Feluy. A Wandre, cette ordonnance, qui s'accompagne d'une astreinte de 5.000 euros par heure par camion a bien été signifiée par huissier de justice aux transporteurs routiers présents, qui ont levé leur barrage. A Feluy par contre, Total Belgique ne compte pas faire usage de l'ordonnance obtenue. "Pour le moment, nous avons un accord avec les grévistes présents à Feluy qui laissent sortir trois à quatre camions par heure depuis ce matin, nous précise Pascal de Crem. Cela nous permet de résorber en partie le retard dans les livraisons, pour autant que les stations-service elles-mêmes soient accessibles. Nous préférons donc attendre la conclusion d'un accord à l'amiable avant d'utiliser la décision de justice que nous avons obtenue".
    par Bernard Padoan (Le Soir) édité par Claude de Decker (Le Soir) 4/6/2016 2:56:15 PM
    Commentaire ()
    Echec des négociations à Namur

    Fabrice Ausloos, l'un des représentants des camionneurs, nous confirme l'échec des négociations entamées ce matin à Namur avec les ministres wallons Lacroix (Budget) et Prévot (Travaux publics). "Cela s'est très mal passé, confie le camionneur indépendant. Ils n'ont jamais voulu reconnaître que leur système ne fonctionnait pas. Le ministre Lacroix a même quitté la table". Les camionneurs en colère disent pourtant avoir fait des concessions, ne demandant plus un retrait pur et simple de la taxe kilométrique, mais une pause du système 'le temps d'en assurer la fiabilité". "On parle de plans d'accompagnement, de primes..., explique Fabrice Ausloos. C'était possible de trouver un accord. Mais il s'agit quand même d'un prélèvement financier de 2 millions d'euros par jour. On est en droit d'attendre un produit qui soit fiable à 110%!" Pour l'heure, les représentants des camionneurs n'appellent pas à la levée des barrages. "On va poser la question à chaque barrage, et ce sera à eux de se décider", ajoute Fabrice Ausloos. Quant à l'intervention policière annoncée par le ministre de l'Intérieur Jan Jambon, Fabrice Ausloos dit "avoir très peur. Que peut faire un routier qui est dans une situation très difficile devant une arme? C'est de l'intimidation. C'est tu paies ou tu crèves!"
    par Bernard Padoan (Le Soir) édité par Le Soir 4/6/2016 2:56:17 PM
    Commentaire ()

    A Nivelles, les transporteurs affirment que si la police vient les déloger, ils vont "tout faire péter". http://pbs.twimg.com/media/CfXtxbHXEAAELIp.jpg

Alimenté par Platform for Live Reporting, Events, and Social Engagement