Guerre en Ukraine: les dernières informations

Les tensions le long de la frontière ukrainienne ont augmenté ces derniers jours. Suivez l'évolution en direct.

    L’ambassade de France transférée à Lviv

    L’ambassade de France en Ukraine est déplacée de Kiev à Lviv, dans l’ouest du pays, du fait des «risques et des menaces» qui pèsent sur la capitale ukrainienne après l’invasion russe, a annoncé lundi le ministre français des Affaires étrangères français.

    «Nous avons décidé, à la demande du président de la République, de transférer notre ambassade qui était jusqu’à présent à Kiev. En raison des risques et des menaces qui pèsent sur la capitale de l’Ukraine, l’ambassade est transférée à Lviv», a déclaré Jean-Yves Le Drian sur BFMTV.

    Avant la France, les Etats-Unis, le Canada et Israël avaient notamment déjà opéré ce transfert vers Lviv.

    «L’ambassadeur reste en Ukraine, pour être à la fois en soutien de nos ressortissants et des autorités ukrainiennes», a poursuivi le ministre, qui a évalué à «à peu près un millier» le nombre de Français encore présents sur le territoire ukrainien.

    D’après une source diplomatique, ce chiffre est plus élevé qu’anticipé car plusieurs centaines d’entre eux ne s’étaient pas enregistrés avant la guerre lancée par la Russie.

    Alors que la France conseillait jusqu’ici à ses ressortissants de «ne pas bouger», «il semble bien qu’il y ait là, dans les heures qui viennent, une fenêtre d’opportunité» à quitter la capitale par son sud, a observé le chef de la diplomatie française.

    «La Russie a déclaré que cette voie allait rester libre. Encore faut-il qu’ils le respectent», a-t-il commenté. Dans l’entretien qu’ont eu lundi Emmanuel Macron et le président russe Vladimir Poutine, celui-ci «a encore garanti cette opportunité», a insisté M. Le Drian.

    «Nous accompagnons les Français, nos ressortissants, qui prennent la route vers la Roumanie, la Moldavie, la Hongrie, la Slovaquie, où ils seront accueillis par nos agents qui sont sur place pour assurer leur suivi», a-t-il expliqué.

    Ceux dont le centre de crise du quai d’Orsay a le numéro de téléphone seront suivis «individuellement», de «très près», mais «pas par des convois», a indiqué M. Le Drian.

    Les délais d’attente aux postes frontières oscillent actuellement entre deux et quatre jours, selon la source diplomatique.

    Douze membres de la mission diplomatique russe à l’ONU expulsés des Etats-Unis

    Douze membres de la mission diplomatique russe auprès de l’ONU ont reçu l’ordre de quitter les Etats-Unis avant fin mars, a annoncé lundi l’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia, lors d’une conférence de presse.

    Alors que cet événement venait de débuter, l’ambassadeur a demandé à l’audience une minute pour répondre à un message téléphonique. Il a ensuite indiqué venir d’apprendre cette expulsion notifiée par les Etats-Unis, sans qu’il soit possible à l’AFP de vérifier la spontanéité de cette annonce.

    L’UE ajoute des oligarques russes et le porte-parole du Kremlin à la liste noire des sanctions

    L’Union européenne a ajouté lundi le porte-parole du président russe Vladimir Poutine et plusieurs oligarques à sa liste noire des personnalités sanctionnées par un gel de leurs avoirs et une interdiction de séjour à cause de leur soutien à la guerre de Moscou contre l’Ukraine.

    Six oligarques, plusieurs personnalités proches du président russe, dont son porte-parole, et une dizaine de journalistes figurent sur cette liste de 26 noms approuvée par les Etats membres et publiée lundi au Journal officiel de l’UE. Vladimir Poutine et son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov ont été inscrits sur cette liste vendredi dernier.

    Douze membres de la mission diplomatique russe à l’ONU expulsés des USA 

    Douze membres de la mission diplomatique russe auprès de l’ONU ont reçu l’ordre de quitter les Etats-Unis avant fin mars, a annoncé lundi l’ambassadeur russe aux Nations unies, Vassily Nebenzia, lors d’une conférence de presse.

    Alors que cet événement venait de débuter, l’ambassadeur a demandé à l’audience une minute pour répondre �� un message téléphonique. Il a ensuite indiqué venir d’apprendre cette expulsion notifiée par les Etats-Unis, sans qu’il soit possible à l’AFP de vérifier cette annonce.

    Le procureur de la Cour pénale internationale va ouvrir une enquête

    Le procureur de la CPI a annoncé lundi l’ouverture «aussi vite que possible» d’une enquête sur la situation en Ukraine, évoquant des «crimes de guerre» et «crimes contre l’humanité».

    «Je suis convaincu qu’il existe une base raisonnable pour croire que des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité présumés ont été commis en Ukraine» depuis 2014, a déclaré dans un communiqué le procureur de la CPI Karim Khan.

    Washington accuse d’espionnage les douze diplomates russes à l’ONU expulsés

    Les Etats-Unis ont accusé lundi d’«espionnage» les douze membres de la mission diplomatique russe à l’ONU qu’ils ont décidé d’expulser.

    «Les Etats-Unis ont informé les Nations unies et la mission permanente de la Russie à l’ONU que nous entamions le processus d’expulsion de douze agents de renseignement de la mission russe qui ont abusé» de leur statut diplomatique aux Etats-Unis «en s’adonnant à des activités d’espionnage contraires à notre sécurité nationale», a dit la porte-parole de la mission américaine à l’ONU dans un communiqué.

    Elle a assuré que cette mesure était en préparation «depuis plusieurs mois», semblant vouloir la distinguer de la riposte américaine à l’invasion russe de l’Ukraine.

    Le Canada va interdire toute importation de pétrole russe

    Le Premier ministre Justin Trudeau a annoncé lundi que le Canada allait interdire «toute importation de pétrole brut» russe, «une industrie dont le président Poutine et ses oligarques ont grandement profité».

    «Ce secteur représente plus d’un tiers des recettes du budget fédéral russe, même si le Canada n’en a importé que des quantités très limitées ces dernières années, cette mesure envoie un message puissant», a poursuivi le chef du gouvernement, lors d’une conférence de presse.

    Volodymyr Zelensky appelle à interdire la Russie de «tous les ports» et «aéroports du monde»

    Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé mardi à interdire la Russie de «tous les ports» et «aéroports du monde» en représailles à l’invasion russe de l’Ukraine.

    «Il faut fermer l’entrée pour un tel Etat dans tous les ports, tous les canaux et tous les aéroports du monde», a déclaré M. Zelensky dans une adresse vidéo publiée sur Facebook, en appelant également la communauté internationale à «considérer une fermeture totale du ciel pour les missiles, avions et hélicoptères russes».

    Un convoi de chars russes en route pour Kiev

    Des photos satellites montrent mardi un convoi russe s’étirant sur des dizaines de kilomètres et progressant lentement vers la capitale ukrainienne : selon l’état-major ukrainien, Moscou regroupe ses forces en vue d’un assaut sur Kiev et d’autres grandes villes tandis que les mesures de rétorsion internationales contre la Russie continuaient de s’accumuler.

    "Certains véhicules sont parfois très distants les uns des autres et, sur d’autres portions, les équipements militaires sont positionnés à deux ou trois de front", a indiqué dans la nuit de lundi à mardi la société américaine d’imagerie satellitaire Maxar, après la diffusion de plusieurs photos prises plus tôt depuis l’espace.

    Le convoi "s’étend des abords de l’aéroport Antonov (à environ 25 km du centre de Kiev) au sud aux alentours de Prybirsk" au nord, a-t-elle ajouté.

    Marioupol dans les mains de l'armée ukrainienne

    L'armée ukrainienne a pris contrôle la ville portuaire de Marioupol au sud de l'Ukraine depuis mardi matin, rapporte l'agence de presse ukrainienne Unian citant le gouvernement.

    La ville dans la région du Donetsk était le théâtre de combats entre militaires russes et ukrainiens depuis plusieurs jours. Selon le bourgmestre de Marioupol, une large partie de la ville est désormais privée d'électricité après les attaques aériennes russes.

    Disney et Sony suspendent la sortie de leurs films en Russie

    Les géants du divertissement Disney et Sony Pictures ont suspendu la sortie de leurs films dans les salles de cinéma en Russie après l’invasion de l’Ukraine, imitant ainsi d’autres entreprises ayant choisi de se désengager, temporairement ou non, du pays.

    «Compte tenu de l’invasion non provoquée de l’Ukraine et de la crise humanitaire tragique, nous suspendons la sortie de films en salles en Russie, y compris le prochain Alerte rouge de Pixar», a déclaré lundi Disney dans un communiqué.

    «Nous prendrons des décisions commerciales futures en fonction de l’évolution de la situation», est-il ajouté.

    L’armée russe aux portes de la ville ukrainienne de Kherson

    L’armée russe est arrivée aux portes de la ville ukrainienne de Kherson, dans le sud du pays, au nord de la Crimée, a déclaré le maire de la ville dans la nuit de lundi à mardi.

    «Aux entrées de Kherson, l’armée russe a installé des checkpoints. Il est difficile de dire comment la situation va se développer», a écrit sur sa page Facebook Igor Kolikhaïev, maire de Kherson, ajoutant que «Kherson est et reste ukrainienne (...) Kherson résiste!».

    L’Ukraine accuse la Russie de crimes de guerre, avec des centaines de victimes civiles

    Kiev a accusé Moscou de commettre des crimes de guerre alors que de nombreuses victimes civiles sont recensées après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

    «La Russie attaque des hôpitaux, des brigades mobiles et des ambulances.(...) C’est l’action d’un État déterminé à tuer des civils. Il n’y a pas de débat. Ce sont des crimes de guerre», a affirmé l’ambassadeur ukrainien au Conseil de Sécurité lors d’une réunion d’urgence. 

    Selon l’Ukraine, 350 civils ont été tués dans les combats, mais la Russie assure que les civils ne sont pas pris pour cibles.

    Le président kazakh appelle la Russie et l’Ukraine à trouver un accord

    Le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokayev, appelle la Russie et l’Ukraine à se mettre d’accord, a indiqué l’agence de presse russe Tass. Le Kazakhstan se dit prêt à jouer le rôle de médiateur, selon son président.

    «En tant qu’État ayant accueilli le sommet de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) en 2010, nous insistons sur le principe d’indivisibilité de la sécurité eurasienne. Je l’ai fait savoir lors de ma visite à Moscou, le 10 février dernier», a ajouté Kassym-Jomart Tokayev.

    «Nous appelons les deux pays (Russie et Ukraine) à trouver un terrain d’entente et à conclure des accords. Pour sa part, le Kazakhstan est prêt à fournir toute aide possible, en ce compris des services de médiation», a-t-il ajouté.

    La Russie mise au ban du sport

    La Fédération internationale de hockey sur glace a suivi l’exemple de la Fifa et de l'UEFA, annonçant que la Russie et le Bélarus étaient suspendus de toutes compétitions de clubs ou de sélections «jusqu’à nouvel ordre», une décision qui pourrait priver l’équipe russe de participation aux Mondiaux-2022 en mai en Finlande.

    Dans la foulée, World Rugby a pris exactement la même décision, ce qui met fin aux minces espoirs russes de qualification pour la prochaine Coupe du monde, disputée en 2023 en France. La fédération internationale de rugby a aussi décidé la «suspension totale et immédiate de la Fédération russe de rugby de son statut de membre de World Rugby jusqu’à nouvel ordre».

    La Fédération mondiale de badminton (BWF) a également annulé toutes ses activités en Russie et au Bélarus, a interdit à ces deux pays d’accueillir des compétitions «jusqu’à nouvel ordre» et a ordonné que leurs drapeaux et hymnes soient bannis de tous les tournois de la BWF.

    «Nous allons provoquer l’effondrement de l’économie russe» à travers les sanctions économiques occidentales imposées en réponse à l’invasion russe en Ukraine, a affirmé mardi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

    «Le rapport de force économique et financier est totalement en faveur de l’Union européenne qui est en train de découvrir sa puissance économique», a ajouté le ministre sur France Info.

    Le centre de Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine, bombardé par l’armée russe

    Le centre de Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine non-loin de la frontière russe, est bombardé par l’armée russe, a annoncé mardi sur Telegram le gouverneur de la région, Oleg Sinegoubov.

    «L’occupant russe continue d’user d’armes lourdes contre la population civile», a-t-il écrit, publiant des images d’une énorme explosion sur la place centrale de la ville, où se trouve le siège de l’administration locale.

    Dans la banlieue de Kiev, la ville de Bucha a été complètement détruite par les affrontements.
    YouTube annonce le blocage des chaînes russes RT et Sputnik dans toute l’Europe

    La fédération internationale de patinage (ISU) a exclu avec effet immédiat les participants russes et bélarusses de toutes les compétitions et grands événements. Une décision liée à l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe et l’implication de son alliée bélarusse, a précisé l’ISU.

    Bombardements russes dans deux villes du nord-est de l’Ukraine

    Le centre de Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine non-loin de la frontière russe, est bombardé par l’armée russe, a annoncé mardi sur Telegram le gouverneur de la région, Oleg Sinegoubov.

    «L’occupant russe continue d’user d’armes lourdes contre la population civile», a-t-il écrit, publiant des images d’une énorme explosion sur la place centrale de la ville, où se trouve le siège de l’administration locale.

    «Aujourd’hui, notre ennemi à sournoisement commencé à bombarder le centre-ville de Kharkiv et de quartiers résidentiels», a-t-il dit dans une vidéo, où il porte casque et gilet pare-balles.

    Kharkiv, une ville largement russophone à la frontière avec la Russie, a une population d’environ 1,4 million d’habitants. Elle est ciblée par les forces russes depuis le début de l’assaut lancé jeudi sur ordre du président russe Vladimir Poutine.

    Au moins 70 soldats ukrainiens auraient été tués dans des bombardements lundi dans une autre ville du nord-est, Okhtyrka, dans la région de Soumy, selon le gouverneur régional, un bilan que l’armée, contacté par l’AFP, n’était pas en mesure de confirmer.

    «Hier, l’artillerie de l’ennemi a frappé l’unité militaire. Nous continuons de trouver des corps sous les décombres», a déclaré sur Telegram le chef de l’administration régionale Dmytro Zhyvytskyy.

    Il y a aussi «beaucoup de corps russes dans la ville», a-t-il écrit.

    Il a publié des images de bâtiments calcinés et de personnels de secours retournant les décombres.

    Londres sanctionne la première banque russe, Sberbank

    Le gouvernement britannique a placé mardi la plus grande banque russe, le géant public Sberbank, sur la liste des entités soumises à des sanctions du Royaume-Uni, en réponse à l’invasion de l’Ukraine par l’armée de Vladimir Poutine.

    Après avoir visé plusieurs institutions financières la semaine dernière puis lundi la banque centrale et le ministère des Finances russes, Le Royaume-Uni avait annoncé lundi geler «dans les jours à venir» les avoirs sur son territoire de toutes les banques russes.

    L’orchestre philharmonique de Munich «se sépare» du chef pro-Poutine Valery Gergiev
    L’orchestre philharmonique de Munich a décidé de «se séparer» du chef d’orchestre Valery Gergiev, réputé proche de Vladimir Poutine, a annoncé mardi le maire de la ville allemande, qui reproche au maestro de ne pas avoir dénoncé l’invasion de l’Ukraine.

    «Munich se sépare du chef d’orchestre principal Valery Gergiev. Il n’y aura donc plus de concerts de l’Orchestre philharmonique de Munich sous sa direction à partir de maintenant», a expliqué dans un communiqué l’édile de la ville bavaroise Dieter Reiter.

    Marioupol, ville de l’est ukrainien, sans électricité après une offensive russe

    La ville de Marioupol, dans l’est de l’Ukraine sur la mer d’Azov, était sans électricité mardi après une offensive russe, a déclaré sur Facebook Pavlo Kirilenko, gouverneur de la région de Donetsk.

    «Marioupol et Volnovakha sont à nous! Les deux villes subissent la pression de l’ennemi mais elles tiennent. A Marioupol, la ligne d’électricité a été coupée, la ville est sans électricité», a-t-il déclaré sur sa page Facebook, alors que ces deux cités se trouvent sur la route des forces russes venant depuis la Crimée annexée par Moscou et les troupes dans le territoire séparatiste pro-russe de Donetsk.

    > Guerre en Ukraine: la peur de l'encerclement s'empare de Marioupol

    L’organisation du Mondial 2022 de volley est retirée à la Russie

    L’organisation du Mondial-2022 de volley-ball, prévu en août et septembre, a été retirée à la Russie en raison de la guerre en Ukraine, a annoncé mardi la fédération internationale (FIVB).

    Respectivement championnes olympique et du monde, la France et la Pologne avaient annoncé le week-end dernier leur intention de boycotter cet événement s’il devait être maintenu en Russie. Le nouveau pays-hôte doit être annoncé ultérieurement, a précisé la FIVB.

    Le président ukrainien va s’adresser mardi au Parlement européen

    Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui réclame une intégration «sans délai» de son pays à l’UE à la suite de l’invasion russe, va s’adresser mardi à 12H30 (11H30 GMT) au Parlement européen par visioconférence, a annoncé sa présidente Roberta Metsola.

    Le président du Conseil européen, Charles Michel, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell, interviendront également lors de cette session extraordinaire consacrée à l’intervention de l’armée russe en Ukraine.

    La Russie continuera son offensive en Ukraine «jusqu’à ce que tous les objectifs» soient atteints

    La Russie poursuivra son offensive en Ukraine jusqu’à ce que ses objectifs soient atteints, a annoncé mardi le ministre de la Défense Sergueï Choïgou, accusant une fois encore l’armée ukrainienne d’utiliser les civils comme «boucliers humains».

    «Les forces armées de la fédération de Russie continueront l’opération militaire spéciale jusqu’à ce que les objectifs fixés soient atteints», a-t-il dit, selon des propos retransmis à la télévision. Le ministre a invoqué la «démilitarisation» et la «dénazification» de l’Ukraine, affirmant que l’armée russe «n’occupe pas l’Ukraine» et que l’Occident «cherche à utiliser le peuple ukrainien» contre Moscou.

    Guerre en Ukraine: comment en est-on arrivé là? Voici les clés pour comprendre

    Depuis le début de l’offensive militaire russe en Ukraine, la rédaction du Soir se mobilise pour décrypter la situation. Retrouvez un concentré de nos reportages et de nos analyses sur le sujet.

    Selon l'ONU, plus de 660.000 réfugiés ont fui l’Ukraine en six jours

    Plus de 660.000 personnes fuyant l’invasion russe en Ukraine ont afflué vers les pays voisins, et les chiffres augmentent de façon «exponentielle», a indiqué le Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) mardi.

    «Nous avons maintenant plus de 660.000 réfugiés qui ont fui l’Ukraine vers les pays voisins au cours des six derniers jours seulement», a déclaré une porte-parole du HCR, Shabia Mantoo, lors d’un point de presse à Genève.

    L’acteur français Gérard Depardieu, proche de Poutine, appelle à «arrêter les armes et négocier»

    L’acteur français Gérard Depardieu, proche du président russe Vladimir Poutine, a appelé à «arrêter les armes et négocier» dans une déclaration à l’AFP mardi, au sixième jour de l’invasion russe de l’Ukraine.

    «La Russie et l’Ukraine ont toujours été des pays frères. Je suis contre cette guerre fratricide. Je dis: "Arrêtez les armes et négociez!"», a-t-il déclaré.

    Le chef de l’Otan accuse Poutine d’avoir «brisé» la paix en Europe

    Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a accusé mardi le président russe Vladimir Poutine d’avoir «brisé» la paix en Europe, lors d’une conférence de presse en Pologne.

    «Le président Poutine a brisé la paix en Europe» et «l’Alliance condamne l’invasion brutale et injustifiée de l’Ukraine», a dit M. Stoltenberg lors d’une visite à la base aérienne polonaise de Lask (centre) en compagnie du président polonais Andrzej Duda, accusant aussi le Bélarus de l’avoir permise.

    Bombardement russe de Kharkiv: un «crime de guerre», selon le président ukrainien

    Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé mardi que le bombardement russe de Kharkiv constituait un «crime de guerre», et souligné que la défense de la capitale Kiev était la «priorité».

    «La frappe contre Kharkiv est un crime de guerre. C’est du terrorisme d’Etat», a affirmé M. Zelensky dans une adresse vidéo publiée sur Telegram. «Ils avancent sur la capitale comme sur Kharkiv. Voilà pourquoi la défense de la capitale est aujourd’hui la priorité clé» de l’Ukraine, a-t-il ajouté.

    L'essentiel de l'actualité à 22h15:
    • es autorités russes ont bloqué l’accès mardi à une chaîne de télévision et une radio indépendantes de renom
    • Une frappe russe contre la tour de télévision à Kiev a fait cinq morts et plusieurs blessés. La diffusion des chaînes en Ukraine a été interrompue.
    • Une réunion d’urgence des ministres des Affaires étrangères de l’Otan aura lieu vendredi 
    • Des photos satellites montrent un convoi russe s’étirant sur des dizaines de kilomètres qui se dirige vers Kiev.
    • Le centre de Kharkiv fait l'objet de nouveaux bombardements russes.
    • Plus de 670.000 Ukrainiens ont déjà fui le pays.
    • Le président ukrainien a qualifié les bombardements à Kharkiv de "crime de guerre"
    • La Russie poursuivra son offensive en Ukraine "jusqu’à ce que ses objectifs soient atteints", a annoncé le ministre de la Défense russe. 
    • La ville de Marioupol, située à l'est, se retrouve sans électricité.
    • L’armée russe aux portes de la ville de Kherson, dans le sud du pays.
    • Le bilan humain reste incertain. L’ONU a parlé lundi de 102 civils tués et de 304 blessés. L’Ukraine a fait état de 352 civils tués et 2.040 blessés depuis jeudi et affirmé que des milliers de soldats russes avaient péri.
      Le drapeau ukrainien est déployé dans le Parlement européen.
      Face à l’invasion russe, l’Ukraine émet des obligations «militaires»

      L’Ukraine a annoncé mardi l’émission d’obligations pour financer son armée et les dépenses de l’Etat pendant la guerre avec la Russie, invitant Ukrainiens et étrangers à participer aux enchères.

      «Chacun peut soutenir le financement des besoins de l’armée et du budget d’Etat en acquérant nos obligations militaires», a écrit le ministre des Finances Serguiï Martchenko sur sa page Facebook, précisant que les premières enchères se tiendraient mardi.

      Ces obligations, d’une valeur nominale de 1.000 hryvnias (environ 30 euros), seront émises pour un an, et leur rendement sera déterminé lors des enchères, a précisé le ministère des Finances dans un communiqué.

      L’ONU estime à un million le nombre de déplacés à l’intérieur du pays

      «Il y a eu beaucoup d’attention sur ceux qui fuient vers les pays voisins, mais il est important de rappeler que la plupart des gens affectés se trouvent en Ukraine. Nous n’avons pas encore de chiffre sûr sur le nombre de gens déplacés à l’intérieur de l’Ukraine, mais nous estimons que c’est environ un million de personnes qui ont fui à l’intérieur du pays», a déclaré Karolina Lindholm Billing, la responsable du HCR pour l’Ukraine lors d’une conférence de presse du gouvernement suédois.

      La vice-présidente exécutive de la Commission, Margrethe Vestager, s'est habillée aux couleurs de l'Ukraine.
      Le président ukrainien va s'exprimer directement via vidéoconférence au Parlement européen.
      "Les citoyens ukrainiens défendent leur pays en faisant le sacrifice ultime. Ce sont des défenseurs de la liberté".
      "Je suis heureux de voir tous les pays européens unis. Je ne savais pas que le prix à payer pour voir ceci serait si lourd".
    Alimenté par Platform for Live Reporting, Events, and Social Engagement