Guerre en Ukraine: les dernières informations

Les tensions le long de la frontière ukrainienne ont augmenté ces derniers jours. Suivez l'évolution en direct.

    "Depuis l'attaque brutale, les forces russes bombardent Kiev, assiègent les villes les plus importantes du pays. Des civils ukrainiens ont do'res et déjà été tués. Les jours qui viennent seront de plus en plus dur. Des centaines de milliers de réfugiés fuient vers le reste de l'Europe. Dans cette épreuve sans précédent depuis des décennies, nous nous tenons auprès de l'Ukraine"

    "C'est bien seul et de manière délibérée, reniant un à un les engagements pris à l'ONU, que Poutine choisit la guerre. Ce n'est pas un conflit entre l'Occident et la Russie; Il n'y a pas de troupes ni de bases de l'Otan en Ukraine. La Russie n'est pas agressée, elle est l'agresseur. Ce n'est pas une lutte contre le nazisme, une insulte à l'histoire de l'Ukraine et la Russie, à la mémoire de nos aînés qui ont combattu le nazisme"

    "La communauté internationale a montré son unité. (...) Nous continuons un travail acharné afin de conduire les nations sur tous les continents à condamner l'invasion. (...) Nous avons pris de manière rapide et proportionnée des sanctions à l'égard de la Russie"
    "Nous ne sommes pas en guerre contre la Russie. Nous savons tout ce qui nous lie à ce grand peuple russe, qui a tant sacrifié pendant la seconde guerre mondiale. Nous sommes aux côtés de tous les Russes qui ont l'esprit et le courage de défendre la paix et qui le font savoir en Russie et ailleurs. C'est pour cela que j'ai décidé de rester en contact et resterai en contact avec le président Poutine, aussi longtemps que c'est nécessaire."
    "Les équilibres de notre continent comme plusieurs aspects de notre quotidien sont déjà bouleversés par cette guerre et continueront de l'être". Le président Macron affirme que la France accueillera sa part de réfugiés.
    Macron évoque des conséquences sur le pouvoir d'achat. "Le coût de certains produits continuera d'augmenter encore".
    "Ces événements marquent un changement d'époque. La guerre en Europe n'appartient plus aux livres d'histoire, elle est là sous nos yeux."
    Macron veut défendre une puissance énergétique européenne et une puissance de paix.
    "Notre défense européenne doit passer une nouvelle étape. Je vais réunir à Versailles les chefs d'Etat européens les 10 et 11 mars".
    Le milliardaire russe Mikhaïl Fridman se retire du fonds LetterOne

    Les oligarques russes Mikhaïl Fridman et Petr Aven, tous deux ciblés par des sanctions de l’Union européenne, se retirent du fonds d’investissement LetterOne qu’ils ont co-fondé en 2013, a-t-on appris mercredi auprès de cette entreprise présente au Luxembourg et à Londres.

    M. Fridman s’était déjà mis en retrait mardi des groupes européens dont il est actionnaire, les deux hommes niant avoir une quelconque «relation financière ou politique» avec le président russe Vladimir Poutine.

    Plus de 8.000 places «dispo» en 48h pour les réfugiés ukrainiens

    Un demi-millier de communes ont déjà répondu présentes à l’appel du Fédéral de recenser le nombre d’hébergements temporaires pour les réfugiés fuyant la guerre en Ukraine, ce qui représente plus de 8.000 places disponibles, 48 heures seulement après le lancement de l’appel, a annoncé mercredi soir le secrétaire d’État à l’Asile Sammy Mahdi.

    L’appel aux pouvoirs locaux et aux citoyens a été lancé lundi soir via les gouverneurs de province et les médias, sous le nom de #PlaceDispo. Les autorités locales ont relayé l’information par le biais de leurs sites web et des médias sociaux. De nombreux citoyens ont également partagé et répondu à l’appel.

    Moins de 48 heures après l’appel, 499 des 581 communes belges ont déjà signalé leur volonté d’aider. Un total de 8.169 places seront à disposition. Il s’agit de places offertes par les autorités locales ainsi que par les citoyens eux-mêmes.

    «Ce n’est qu’un début», encourage M. Mahdi (CD&V), cité dans un communiqué. «L’appel est toujours ouvert et les réponses ne cessent d’affluer, c’est vraiment très réconfortant.» Le secrétaire d’État souligne qu’il y aura probablement un grand besoin opérationnel d’accompagner les Ukrainiens à leur arrivée en Belgique si des groupes importants de réfugiés arrivent en Belgique.

    Comme décidé, le gouvernement fédéral assurera un premier accueil de crise à Bruxelles. Les Ukrainiens y seront enregistrés, recevront des informations et se verront offrir un premier hébergement pour une période limitée. De là, une répartition sera effectuée vers les autorités locales, par exemple dans les bâtiments municipaux, les salles de sport, etc. Les citoyens qui souhaitent faire preuve de solidarité et fournir un abri temporaire dans l’attente d’un lieu de vie permanent peuvent y contribuer. Ensuite, en coopération avec les autorités locales et avec le soutien des Régions et du gouvernement fédéral, les personnes seront guidées vers un logement à plus long terme.

    Quatre avions de combat russes ont brièvement violé l’espace aérien suédois

    Quatre avions de combat russes ont brièvement violé mercredi l’espace aérien suédois à l’est l’île du Gotland en mer Baltique, a annoncé l’état-major, sur fond de tension russo-occidentales autour de la guerre en Ukraine.

    «Ce sont deux Soukhoï Su-27 et deux Soukhoï Su-24 qui ont violé l’espace aérien suédois», a annoncé l’armée suédoise dans un communiqué, alors que l’invasion de l’Ukraine a relancé le débat sur l’adhésion de la Suède à Otan.

    Le Pentagone redoute une multiplication des victimes civiles en Ukraine

    Les Etats-Unis craignent une multiplication des victimes civiles en Ukraine, au moment où l’armée russe parait déterminée à bombarder les grandes villes pour forcer les Ukrainiens à capituler, a indiqué mercredi un haut responsable du Pentagone.

    «Nous anticipons un usage accru de l’artillerie quand ils s’approcheront des centres urbains et quand ils tenteront de les encercler», a précisé à la presse ce responsable ayant requis l’anonymat.

    «C’est typique d’un siège: quand on veut encercler un centre urbain et le soumettre, le forcer à capituler, l’artillerie devient une arme très utile», a-t-il expliqué.

    Mais «ce qui nous inquiète, c’est qu’en devant plus agressifs, ils deviennent moins précis et moins sélectifs» dans leurs frappes d’artillerie, a-t-il ajouté.

    Quelque 82% du dispositif militaire russe déployé depuis des semaines aux frontières du pays est maintenant engagée en Ukraine, a indiqué le responsable.

    Pourtant, il n’y a eu «aucun mouvement notable» des forces russes vers Kiev ou Kharkiv par rapport aux deux ou trois derniers jours, a-t-il affirmé, soulignant que la ville de Kherson (sud), dont les forces russes ont revendiqué mercredi le «contrôle total», restait en fait une ville «très contestée».

    En outre, les soldats russes n’ont toujours pas pris le contrôle de l’espace aérien ukrainien, et continuent à avoir des problèmes logistiques, notamment des pénuries de fuel et de nourriture.

    «Ils sont en retard sur leurs plans», a-t-il poursuivi. Mais «ils ont encore une énorme force de combat à leur disposition et ils vont surmonter leurs difficultés.»

    Les Etats-Unis continuent de fournir une assistance militaire à l’Ukraine, la dernière livraison remontant à moins de 24 heures, a-t-il noté.

    Les cours du pétrole passent la barre des 110 dollars le baril

    Les cours du pétrole ont clôturé mercredi au plus haut depuis 2014 pour le Brent et à un sommet depuis presque onze ans pour le pétrole texan WTI, propulsés par la guerre en Ukraine, les sanctions et les craintes pour l’offre mondiale d’or noir.

    Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a fait un bond de 7,58% à 112,93 dollars atteignant un plus haut depuis 2014.

    A New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en avril, a grimpé de 6,95% à 110,60 dollars, un sommet depuis avril 2011.

    Une forte explosion a été entendue à Kiev aux abords de la gare centrale alors qu'il était environ 21h sur place, selon le ministre de l'Intérieur ukrainien, Anton Gerashchenko. "Un missile vient de s'abattre près de la station, entre l'hôtel Ibis et l'entrée sud de la station", a déclaré Gerashchenko sur Telegram.
     
    D'après des témoignages sur Twitter, les sirènes retentissent à nouveau dans Kiev.
    La situation se dégrade dans le port stratégique de Marioupol, selon des habitants

    La situation se dégradait mercredi «d’heure en heure» à Marioupol, principal port ukrainien de la mer d’Azov (sud-est) où le centre-ville et des zones résidentielles ont été bombardés par l’armée russe, selon les autorités locales et des habitants.

    L’artillerie russe a pilonné des zones résidentielles, y compris une maternité et une école, blessant 42 personnes, selon le conseil municipal. 

    Le contrôle de Marioupol, ville de 441.000 habitants, revêt un caractère stratégique pour la Russie car il lui permettrait d’assurer une continuité territoriale entre ses forces venues de Crimée et celles venues des territoires séparatistes du Donbass. Les deux groupes ont fait leur jonction mardi, selon Moscou.

    Selon le maire de Marioupol Vadym Boïtchenko, les tirs russes ont été ininterrompus pendant 14 heures et les forces russes ont tenté d’empêcher les civils de fuir la zone.

    «Ca se dégrade d’heure en heure», a témoigné Maryna, une habitante de 28 ans, qui préfère taire son nom de famille. «En huit ans de guerre (depuis le début du conflit dans le Donbass en 2014, ndlr), le centre n’avait jamais été bombardé avant», souligne-t-elle.

    La ville de Kherson aux mains des Russes?
    Dans le sud, les militaires russes ont affirmé totalement contrôler Kherson, mais la situation y restait incertaine. Le maire de cette cité, Igor Kolykhaïev, a évoqué une «catastrophe humanitaire». Un haut responsable du gouvernement ukrainien a confirmé que Kherson était tombée.
    Dans un message publié sur Facebook, le maire a écrit que les forces russes ont imposé un couvre-feu de 20h à 6h heure et a déclaré que les voitures transportant de la nourriture et des médicaments seront autorisées à entrer dans la ville. Il a ajouté qu'il est interdit aux piétons de se déplacer en groupes de plus de deux personnes.
    C'est la ville la plus importante prise par les Russes jusqu'ici. Située au nord-ouest de la Crimée, elle compte 300.000 personnes. Les troupes de Vladimir Poutine avaient encerclé la ville depuis plusieurs jours.
    D'après un journaliste du New York Times, le maire a rencontré ce mercredi le commandant russe qui va mettre en place une administration militaire.
    Les Etats-Unis sonnent l’alarme sur les victimes civiles en Ukraine, avec un bilan déjà «ahurissant»

    Le bilan humain de l’invasion russe de l’Ukraine est déjà «ahurissant» et va continuer à s’alourdir, a déclaré mercredi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

    «Déjà, le coût humain de la guerre injustifiée et gratuite du Kremlin est ahurissant. Des centaines sinon des milliers de civils ont été tués et blessés», a-t-il déploré lors d’une conférence de presse. «Le nombre de civils tués et blessés, les conséquences humanitaires, ne feront que s’aggraver dans les jours qui viennent.»

    Les infrastructures détruites par les frappes russes «ne sont pas des cibles militaires», a encore martelé le secrétaire d’Etat, «ce sont des endroits où des civils travaillent et où vivent des familles». Il s’est toutefois gardé d’accuser Moscou de viser délibérément des civils, se bornant à dire que Washington étudiait la situation de près.

    Spotify ferme ses bureaux en Russie et retire des contenus

    Le géant de la musique en streaming Spotify a annoncé mercredi la fermeture de ses bureaux en Russie et le retrait des contenus sponsorisés par l’Etat russe de son site.

    Cette décision est une réponse à «l’attaque non provoquée contre l’Ukraine», a expliqué Spotify dans un communiqué. «Nous avons fermé nos bureaux en Russie jusqu’à nouvel ordre», a annoncé l’entreprise basée à Stockholm et cotée à New York.

    Par ailleurs, le site de streaming a dit avoir examiné «des milliers d’épisodes de podcast depuis le début de la guerre» et limité la possibilité de trouver des podcasts détenus ou exploités par des médias liés à l’Etat russe.

    Spotify a précisé qu’il avait retiré en début de semaine tous les contenus venant des médias RT et Sputnik en Union européenne et sur d’autres marchés.

    L’entreprise maintient son service ouvert aux utilisateurs russes. «Nous pensons qu’il est de la plus haute importance que notre service soit disponible en Russie afin de permettre une circulation mondiale de l’information», a estimé Spotify.

    L’Allemagne confisque le yacht d’un oligarque russe à Hambourg

    Les autorités russes ont confisqué le yacht d’un oligarque russe, Alicher Ousmanov, rapporte jeudi le magazine économique américain Forbes sur base de trois sources dans l’industrie nautique. L’Union européenne avait imposé lundi des sanctions envers cet individu.

    Le bâtiment «Dilbar», de plus de 150 mètres de long, a été saisi dans le port allemand d’Hambourg. Il y était accosté depuis octobre dernier pour des réparations.

    Le yacht avait été acquis en 2016 pour la somme de 600 millions de dollars, soit 540,5 millions d’euros.

    Alicher Ousmanov (68 ans) figure sur la liste dressée lundi par l’UE qui reprend les oligarques russes aux liens établis avec le président russe Vladimir Poutine. Leurs avoirs ont entre autres été gelés, en représailles à l’agression de la Russie envers l’Ukraine.

    Le média britannique rapporte en outre que d’autres yachts aux propriétaires russes ont été déplacés dans les Maldives, pays qui n’a pas de traité d’extradition avec les USA.

    Les Etats-Unis accusent la Russie de museler la liberté de la presse au sujet de l’agression

    Le gouvernement américain a accusé Moscou de museler la liberté de la presse en Russie au sujet de l’agression de l’Ukraine.

    «Dans son propre pays, le Kremlin mène une attaque globale contre la liberté des médias et la vérité. Les efforts de Moscou pour étouffer la vérité sur l’invasion brutale deviennent de plus en plus intenses», selon le porte-parole du ministère américain aux Affaires étrangères, Ned Price.

    Le gouvernement russe limite aussi l’accès aux médias sociaux comme Twitter, Facebook et Instagram, sur lesquels des millions de Russes comptent cependant pour avoir accès à des sources d’informations indépendantes. 

    «Les gens en Russie n’ont pas choisi cette guerre», selon M. Price. «Ils ont le droit de savoir les morts, la souffrance et la destruction que leur gouvernement cause au peuple ukrainien», a poursuivi le porte-parole. M. Price pointe encore les Russes ont le droit de savoir ce que le conflit implique pour les soldats russes.

    Russes et Bélarusses ne participeront finalement pas aux Jeux Paralympiques de Pékin

    Le Comité international paralympique (IPC) est finalement revenu sur sa décision. Après avoir autorisé mercredi les athlètes russes et bélarusses à participer aux Jeux Paralympiques d’hiver de Pékin du 4 au 13 mars, il a décidé jeudi de ne pas accepter leurs inscriptions.

    «Plusieurs comités paralympiques nationaux menaçaient de ne pas participer, compromettant la viabilité des Jeux. La situation dans le village des athlètes se détériorait et assurer la sécurité de tous était devenu compliqué», a écrit l’IPC dans un communiqué publié jeudi.

    L’Allemagne va livrer 2.700 missiles antiaériens supplémentaires à l’Ukraine

    L’Allemagne a décidé d’accroître ses livraisons d’armes à l’Ukraine en guerre en lui dépêchant 2.700 missiles antiaériens supplémentaires, a indiqué jeudi à l’AFP une source gouvernementale.

    Le gouvernement «a approuvé un soutien supplémentaire à l’Ukraine», a souligné cette source, en parlant de missiles de type STRELA, de fabrication soviétique et qui proviennent des stocks de l’armée de l’ancienne Allemagne de l’Est communiste.

    Ces stocks avaient été intégrés dans ceux de l’armée nationale allemande, la Bundeswehr, à la suite de la réunification allemande en 1990.

    Berlin avait déjà autorisé samedi la livraison à Kiev de 500 missiles antiaériens de type Stinger, de 1.400 lance-roquettes antichar et de neuf obusiers, tous arrivés entretemps en Ukraine.

    L’essentiel de ces armes sont parvenues mercredi en Ukraine, selon le gouvernement allemand.

    Cette décision a marqué alors un tournant dans la politique allemande de l’après-guerre, le pays s’étant auparavant toujours interdit en raison de son histoire sous le nazisme, d’exporter des armes «létales» dans des zones de conflit.

    Le chancelier allemand Olaf Scholz a justifié ce revirement par la «césure» que constitue l’invasion russe en Ukraine, qui oblige l’Allemagne à repenser ses priorités. 

    Berlin a aussi annoncé une nette augmentation de ses dépenses militaires, avec 100 milliards d’euros débloqués immédiatement pour moderniser la Bundeswehr et une hausse du budget de la défense dans les années à venir.

    Les obusiers livrés à l’Ukraine sont eux aussi de fabrication soviétique, provenant de l’armée de l’ancienne RDA communiste.

    Le chef de la diplomatie russe accuse l’Occident de penser «à la guerre nucléaire»

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a estimé jeudi que les dirigeants occidentaux pensait à une guerre nucléaire dans leur conflit avec la Russie.

    «Tout le monde sait qu’une troisième guerre mondiale ne peut être que nucléaire, mais j’attire votre attention sur le fait que c’est dans l’esprit des politiques occidentaux, pas dans celui des Russes», a-t-il dit lors d’une conférence de presse en ligne, avant d’estimer que des plans «d’une guerre réelle» contre Moscou sont en train d’être élaborés.

    «Protégez les civils» en Ukraine, «laissez-nous faire notre travail»
    «Pour l’amour de Dieu, protégez les civils» en Ukraine et «laissez nous faire notre travail», a lancé jeudi le responsable de l’aide humanitaire de l’ONU aux belligérants ukrainiens et surtout russes, dans un entretien à l’AFP.

    «Maintenant que nous avons les ressources pour faire le travail, nous avons besoin que les parties au conflit nous permettent de le faire et remplissent leurs responsabilités au regard du droit international humanitaire», a insisté Martin Griffiths à Genève, soulignant que grâce à la générosité des donateurs l’ONU avait récolté en deux jours 1,5 milliard de dollars sur les 1,7 milliard d’aide d’urgence demandés.

    D'après un communiqué, Ikea suspend ses activités en Russie et au Bélarus. En tout, 15.000 employés sont affectés. 
    Volkswagen cesse d’assembler des voitures en Russie.

    Chat: pourquoi Poutine a-t-il choisi l’option de la guerre en Ukraine?

    Qui est vraiment Poutine? Quelle mouche l’a piqué d’envahir l’Ukraine? Risque-t-il sa tête si l’affaire tourne mal? Comment la société russe observe-t-elle cette guerre?

    Posez vos questions à Ekaterina Gloriozova, docteure en sciences politiques et sociales de l'ULB, collaboratrice scientifique au CEVIPOL et spécialiste de la Russie. Elle y répondra en direct, ce vendredi, dès 12h, dans ce chat.

    par Gil Durand (Le Soir) édité par Le Soir 3/3/2022 11:38:28 AM
    La délégation ukrainienne veut négocier des «couloirs humanitaires» avec la Russie 

    La délégation ukrainienne souhaite «au minimum» obtenir des «couloirs humanitaires» lors des négociations prévues jeudi avec la Russie, qui a déclenché il y a une semaine une invasion de l’Ukraine, a déclaré l’un des négociateurs ukrainiens.

    «D’ici deux heures, nous commencerons (les négociations). Le programme au minimum: des couloirs humanitaires. Le reste sera selon les circonstances», a indiqué David Arakhamia sur Facebook.

    Poutine dit à Macron qu’il continuera «sans compromis» sa lutte contre les «nationalistes» en Ukraine

    Vladimir Poutine a exprimé jeudi son intention de poursuivre «sans compromis» son offensive contre les «nationalistes» en Ukraine, lors d’un entretien téléphonique avec le président français Emmanuel Macron, selon le Kremlin.

    Lors de cet entretien, M. Poutine a également exprimé son «désaccord» avec un discours la veille de M. Macron consacré à l’Ukraine, et menacé d’ajouter des «exigences supplémentaires» à sa liste déjà longue de demandes envers Kiev en vue de pourparlers, a ajouté la même source.

Alimenté par Platform for Live Reporting, Events, and Social Engagement